Liberté, Égalité, Solidarité.

0 100

Au président de la République française :

La devise « Liberté Égalité Fraternité » est affichée devant nos mairies depuis la Révolution de 1848. Fraternité, frères politiques, frères d’armes… frères. 

Selon la définition du Larousse, la fraternité est définie par :

« Lien de solidarité qui devrait unir tous les membres de la famille humaine ; sentiment de ce lien. »

« Lien qui existe entre les personnes appartenant à la même organisation, qui participent au même idéal. »

Mais l'origine du mot fraternité, la voici : du latin fraternitas, relations entre frères, entre peuples, lui-même dérivant de frater, frère.  

Dans les textes, dans les expressions et dans les proverbes, la fraternité n’existe que sans les soeurs. Dans Les Droits de l’Homme, V de Thomas Paine (1737-1809), l’auteur américain décrit bien ces sociétés gouvernées par des hommes et pour des hommes : « Le monde est mon pays, tous les humains sont mes frères ». C’est le lien entre les citoyens masculins, politiciens, philosophes, médecins... à la tête de tous les gouvernements et maîtres de toutes les décisions, facteurs d’exclusion des femmes de la sphère politique. Lorsque la devise française est adoptée, seuls les hommes, dans le contexte de l’adoption du suffrage universel masculin, avaient le droit de voter. L’adoption de cette devise comme « principe » de la 2ème République, est la signature d’une politique masculine.

La fraternité, source d’une relation qui existe sans les femmes, évoquée dans des sociétés où elles ne faisaient pas partie ni de la vie politique, ni de la vie citoyenne, ne peut plus être d’actualité. La fraternité est et restera une notion masculine. La fraternité en devise, c’est la représentation de l’exclusion des femmes au sein de la République. Comment être d’accord avec les notions de liberté et d’égalité, lorsque la fraternité est-elle-même la représentation d’inégalités ?

Mais le XXIème siècle est le siècle des revendications et des avancées sociales. Le XXIème siècle ne veut plus être un siècle d’exclusion. Le XXIème siècle ne peut plus et ne doit plus être un siècle d’exclusion. La France ne peut plus faire l’éloge d’une devise de deux siècles passés.

Mais il ne faut pas s'affronter à la fraternité, ni se positionner à côté, mais plutôt être une partie intégrante de ce troisième concept de valeurs républicaines. Concept qui doit intégrer tout le monde, sans l’ombre d’une discrimination, dans une approche à la fois individuelle et collective. Repenser la devise, c’est donc contribuer à la lutte contre les discriminations.

Élargissons la fraternité à la solidarité :

« Liberté, égalité, solidarité ».

Mobilisation créée par Marisol Caillat-Radelli
23/10/2020

Soutenir we sign it

Wesign.it ne vit que grâce aux dons et ne fait pas de commerce avec vos données. Pour maintenir ce service, soutenez-nous, les fonds serviront à payer le serveur, l'envoi de mails ainsi qu'un salaire à temps plein sur un an.

Soutenir WE SIGN IT